Attention DIY veut dire Do It Yourself ( le faire soi même ) et donc ne veut pas forcement dire le moins cher! C’est plus une démarche de contrôle de qualité des éléments intégrés dans votre imprimante.

     Vous pouvez partir sur un esprit “cheaper” mais très rapidement lors des premières impressions vous allez vous rendre compte que ce n’était pas du tout une bonne idée.

     Les kits  bon marché à pas chers ne sont pas une bonne idée, il faut compter au moins 500€ pour que le modèle à monter soi même soit de bonne facture et que le châssis ou les éléments qui la compose ne s’effrite pas ou même que l’imprimante se consume pendant une impression et pire brûle votre maison (Rdv au menu Sécurité)

     Mais rien ne vous empêche de partir sur du pas cher, mais vous allez devoir fouiné dans les vieux copieurs pour récupérer tige lisse, steppers, filerie électrique, découper manuellement le châssis. Mais aussi créer de vos mains les pièces qui sont normalement imprimées.

     Vous l’aurez compris pour réaliser un DIY en dessous des tarifs cité plus haut il va falloir rechercher autour de vous les éléments nécessaires. Cette voie réclame donc plus d’engagements et de motivation que les autres.

      Si vous voulez être aider ( pour le choix, Montage, calibration, Impression, etc…)  en discussion instantanée, allez sur le chan IRC Reprap-fr n’hésitez pas à vous connecter et à rester connecter. Utilisé un Client afin de garantir une connexion plus stable. Et si vous vous y trouvez bien n’hésitez pas à installer un ZNC sur un serveur dédié ou sur un Raspberry PI.

Petite précision mais pas des moindres : vérifier que le kit ou l’imprimante, ou même la carte à assembler soit open source dans l’esprit RepRap Open Source.

  Open Source !!??

    

      Imaginer qu’avant 2006, ils vous aurait été quasi impossible de vous lancer dans un tel projet, puisque le fonctionnement, la fabrication, la vente  des imprimantes était soumis à des brevets qui l’empêchait.

      Grâce au projet RepRap et à la participation de personnes comme Adrian Bowyer toutes les informations à la réalisation de votre imprimante sont disponibles.

    Alors partir sur une imprimante 3D non RepRap reviens à scier la branche sur laquelle vous êtes assis …

   Pas besoin de chercher partout, si l’imprimante ou l’élément est sur le wiki RepRap il est sous licence libre GPL, il peut arriver que l’élément n’y est pas, allez sur www.thingiverse.com et vérifier sur sa page sa licence.  Dans le doute demander sur l’irc Reprap-fr, ils sont là pour la défendre.

 

Penser  à faire un tour sur le menu outillage, car un ensemble d’outils sont indispensables pour la monter et sont donc à intégrer dans votre budget.

 

Le chassis

   Il doit être le plus rigide possible, évitez les structures entièrement imprimées ou en plexiglas ( elles sont sources de ribbing). Opter pour du bois , alu ou profilé alu.

Fuyez les imprimantes où ce sont les tiges lisses qui servent de structure, 200% de chances d’avoir des problèmes de calibration, d’impression …

L’alimentation

      Aux États-Unis et au Canada, les blocs d’alimentation reçoivent une tension à 120 V et à 60 Hz, tandis qu’en Europe la norme est de 230 V à une fréquence de 50 Hz ; c’est la raison pour laquelle les blocs d’alimentation possèdent la plupart du temps un commutateur permettant de choisir le type de tension reçue. Et donc faites attention à la position de celui-ci afin de ne pas la rendre inutilisable.

      Préférer une alimentation 12V elles sont moins chères et plus courantes, Cependant plus la tension est élevée et plus vous sortirez de puissance des moteurs pas à pas. Si vous optez donc pour une 24V faites attention au choix des composants électriques, de la compatibilité de la carte et de la configuration des puissances dans le fichier de configuration. Si vous vous équipez d’un lit chauffant 20A sont nécessaire sinon environ 10A suffisent. Regarder du cotez des alimentations de type ATX qui permettent de tout couper en cas de dysfonctionnement.

Ordinateur

      Comme je ne trouve pas que c’est le rôle de la board de l’imprimante, je préfère dissocier cet élément. Et donc personnellement je conseille un Raspberry PI avec Octopi . Vous pouvez utiliser l’écran LCD adaptable sur la carte, mais gourmand en ressource il met rapidement à genoux une carte 16Bits.

La Board

 

      La carte électronique dont les fonctions sont d’interpréter les “gcode”, pilotage des moteurs, calcul de trajectoires, régulation des températures des éléments de chauffe et de leur sécurisation etc …

      Et tout ceci en même temps 

      Préférer donc une carte 32bit et bien documentée, voici un comparatif disponible ici

      Personnellement mon choix dans l’ordre :

              1 Smoothieboard

              2 Duet WIFI

             3  Ramps 1.4

          Il faut arrêter de croire que le prix des contrefaçons est le vrai prix…  Vous l’aurez compris le gros budget de votre imprimante, car je vous ai mis les vrais liens.

      Faites un tour du coté sécurité .

 

Les moteurs

 

Ils permettent de transformer une source d’énergie en mouvement mécanique. Les moteurs pas à pas ont la particularité de tourner par pas à chaque impulsion que délivre la carte de commande. Choisissez les en taille “NEMA17”, bipolaires avec donc 4fils, une inductance de 3 à 8mH,  62oz.in ( 0.44Nm, 4.5kg.cm) ou un couple plus important. De 1.5A à 1.8A maximum ne vous dites pas qui peut le plus peut le moins  afin d’évité de passer sur des drivers externe et d’exploser le budget et de se retrouver avec un char d’assaut pour tondre le gazon.

Par exemple des 17HS8401 ou des 42BYGH4803 .